Le directeur artistique et le rédacteur en chef

Le directeur artistique et le rédacteur en chef

A l’occasion de la 10ème édition de Ciné droit libre, les acteurs de Droit libre TV ont organisé une conférence de presse le mercredi 4 juin 2014 à l’Institut français de Ouagadougou. Cette rencontre avait pour objectif d’informer la population de l’existence d’une webtélé au service des droits humains. Cette webtélé, fortement liée au festival Ciné droit libre, s’étend désormais à tous les pays francophones de la CEDEAO.

Le Droit Libre TV est disponible uniquement sur le web et existe au Burkina Faso depuis le 18 novembre 2011. Le lancement de cette télé a eu lieu ce mercredi 4 juin 2014 à l’Institut français en présence des hommes de médias. Cette chaine s’est donnée comme objectifs, entre autres, d’offrir une plateforme aux jeunes ainsi qu’aux personnes qui ont des difficultés d’accès aux médias classiques, de promouvoir la liberté d’expression, de donner de la voix aux sans-voix.

Pour ce faire, selon le Directeur artistique, Gédéon Vink, cette télé innovante en matière de promotion des droits humains offre chaque semaine de nouveaux reportages sur la situation des droits de l’Homme. Pour lui, cette première webtélé francophone sur les droits et la liberté d’expression fonctionne bien.

Le rédacteur en chef, Bakary Ouattara, a affirmé cela avec satisfactiond’autant que les chiffres indiquent, au jour du 4 juin 2014, plus de 2 millions de vues d’internautes, soit environ 2000 visites quotidiennes; pour près de 300 vidéos de reportages, de citations de personnalités ayant contribué à l’effectivité des droits de l’Homme, d’entretiens, de clips vidéos d’artistes engagés, de films documentaires, etc.

«La webtélé a déjà une présence au Mali, en Côte d’Ivoire et au Sénégal, avec des correspondants et la diffusion de contenus spécifiques à ces pays», a rappelé Bakary Ouattara. La prochaine étape d’extension devra permettre de couvrir huit autres pays pour être présents dans tous les pays francophones de la CEDEAO. «On a voulu s’installer dans les pays où il manque une liberté de ton» a indiqué Gédéon Vink, qui cite en exemple le Togo où, tout comme le Niger, «les choses sont déjà en place».

Malgré les difficultés liées à l’internet, diffuser en ligne est surtout capital dans une perspective de contournement de la censure et pour tirer profit de la liberté de ton sur internet. Comment contourner la censure et permettre la diffusion de films censurés ou touchant à des sujets de droit de l’Homme? «On a pensé qu’internet était le meilleur moyen de le faire» a déclaré Gédéon. Et il a ajouté que le festival Ciné droit libre joue déjà ce rôle, mais reste limité dans le temps (une semaine). D’où la raison d’être de la webtélé qui répond au besoin de prolongement du festival dans le temps, avec la même vision et les mêmes objectifs. Et pour toucher le maximum de personnes au niveau national, les responsables de la webtélé ont produit des coffrets DVD contenant les films diffusés en ligne.

Jude Somé

Random Posts

Loading…